Flip Book Grau copy

Les formations aux compétences-clés pour les salarié.es diffèrent des formations générales aux savoirs de base tant dans leur organisation que dans leur contenu. C’est pourquoi un organisme qui se lance dans cette activité doit avoir conscience des ressources nécessaires à sa bonne réalisation.

Flip Book Grau copy

Les formations aux compétences-clés pour les salarié.es diffèrent des formations générales aux savoirs de base tant dans leur organisation que dans leur contenu. C’est pourquoi un organisme qui se lance dans cette activité doit avoir conscience des ressources nécessaires à sa bonne réalisation.

Des champs d’expertise à développer

Très souvent, les organismes de formation aux compétences-clés n’ont pas une grande expérience de partenariat avec des entreprises, et ne connaissent pas toujours les spécificités liées au monde du travail.

Pour être en mesure de proposer des formations adaptées aux attentes des entreprises et des salarié.es, il faut adapter les contenus :

  • Les objectifs de formation doivent être mesurables en situation de travail,
  • Les contenus des séances ainsi que les évaluations doivent être contextualisés,
  • Le transfert des acquis doit être réalisé en situation de travail en s’appuyant sur des acteurs-clés au sein de l’entreprise (direction, encadrant.es, collègues).

D’autre part, ce type de formation nécessite un personnel polyvalent avec des compétences variées. En effet, l’organisme de formation devient un prestataire de services expert en compétences-clés en entreprise, ce qui suppose :

  • Des compétences de conseil,
  • Une bonne connaissance du domaine de l’illettrisme et des compétences-clés,
  • Une bonne connaissance du monde du travail et du langage spécifique de l’entreprise,
  • Des compétences en ingénierie de formation et en ingénierie pédagogique.

Des fonctions à assumer

Les descriptions suivantes se réfèrent à des fonctions plutôt qu’à des postes : selon la taille d’un organisme et le type de projet mis en place, une fonction peut être assumée par plusieurs personnes, et inversement.

L’expérience montre que trois fonctions sont nécessaires pour intervenir de manière efficace dans le champ des compétences de base en entreprise :

Coordonner le projet :
La personne en charge de cette mission est la personne-contact pour l’entreprise, elle planifie et coordonne le projet depuis la sensibilisation de l’entreprise jusqu’à l’évaluation de l’action de formation. Elle s’assure que les étapes importantes ont été menées à bien : l’analyse de la demande et des besoins, la rédaction de la proposition de formation, le déroulement de l’action, l’organisation des bilans intermédiaire et final, l’évaluation de la formation.

Analyser les besoins:
La personne en charge de cette mission participe aux réunions avec l’entreprise et les encadrant.es et réalise les entretiens d’accueil-positionnement des salarié.es. Elle analyse également la situation de travail et les compétences de base mobilisées sur le poste.

Former les salarié.es :
La personne en charge de cette mission construit les objectifs individuels et collectifs, ainsi que l’architecture de la formation. Elle créé les contenus des séances (scénarios et supports pédagogiques) à partir des situations de travail. Elle organise les évaluations des salarié.es et les temps de bilan en lien avec l’entreprise.

  • En comparaison des organismes de formation ‘traditionnels’, tout le personnel impliqué dans la mise en place d’un projet de formation en entreprise doit :
  • Agir comme un prestataire de services (avec une forte dimension commerciale) qui répond aux exigences des entreprises,
  • Acquérir une connaissance des différents métiers et branches professionnelles et aussi des situations-problèmes rencontrées par les salarié.es,
  • Etre expert en formation continue, et spécifiquement dans le domaine des compétences-clés et des publics de bas niveau de qualification,
  • Avoir le niveau d’expertise requis pour élaborer le contenu d’une action de formation et organiser une progression dans les différents savoirs : compréhension et expression écrites, calcul, compétences numériques, raisonnement logique, etc.

Des compétences à acquérir

 Le coordinateur ou la coordinatrice

On attend du.de la coordinateur.rice :

  • Qu’il.elle comprenne le langage du monde du travail,
  • Qu’il.elle identifie et réponde au plus juste aux attentes de l’entreprise,
  • Qu’il.elle soit capable de reformuler la demande dans les termes de l’entreprise,
  • Qu’il.elle réunisse les ressources dont il dispose pour proposer une réponse adaptée.

Le coordinateur ou la coordinatrice est responsable de l’intégralité du parcours de formation, depuis le début jusqu’à la fin. Egalement, il ou elle doit :

  • Identifier et contacter la personne-ressource dans l’entreprise,
  • Définir avec le client un accord de principe et négocier avec lui les conditions générales de mise en œuvre de la formation,
  • Echanger avec le client sur la manière de communiquer au sein de l’entreprise autour des enjeux liés à la formation,
  • Évaluer les coûts financiers de l’action et les négocier avec l'entreprise,
  • Diagnostiquer les situations-problèmes de manière à cibler les personnes ayant le plus besoin de la formation,
  • S’assurer que les objectifs et les contenus de formation du groupe-cible sont clairement définis,
  • Rédiger une proposition de formation complète et étayée présentant toutes les conditions et étapes de la démarche,
  • Planifier et coordonner l'analyse de besoins, l’organisation de la formation et sa réalisation concrète ; assurer des échanges réguliers avec l’entreprise au cours de la formation ; s’assurer de la réalisation des bilans,
  • Planifier l’évaluation des bénéfices de cette action de formation.

Le.la coordinateur.rice doit également être en capacité d’élaborer des contenus pour sensibiliser divers acteurs au sujet de l’illettrisme et des compétences-clés en entreprise : responsables ressources humaines, directeur.rices d’entreprises, représentant.es des partenaires sociaux, politiques, conseiller.es et représentant.es d’OPCA, etc.

Le chargé ou la chargée de l'analyse des besoins

Le.la chargé.e de l’analyse des besoins doit :

  • Avoir des connaissances solides à propos des différents secteurs et/ou branches professionnels,
  • Travailler en lien avec les personnes-ressources dans l’entreprise afin de bien connaitre chaque profil de poste et les compétences-clés mobilisées par les salarié.es,
  • Lister toutes les compétences-clés qui sont nécessaires dans la réalisation du métier/ des métiers en question,
  • Elaborer un programme de formation en lien avec le coordinateur ou la coordinatrice et les formateur.rices,
  • Evaluer les effets de la formation au regard des exigences de l'entreprise.
  • Capitaliser les productions des stagiaires, garder des traces des progrès et des acquis, faire le point régulièrement sur les objectifs et créer des supports personnalisés lorsqu’il y en a besoin.

Le formateur ou la formatrice

Les attentes vis-à-vis du formateur ou de la formatrice sont les suivantes :

  • Être flexible en termes de temps et de déplacement pour s’adapter aux contraintes des salarié.es et de l’entreprise : horaires irréguliers et décalés, déplacements pour assurer les formations au sein des entreprises et visiter les lieux de travail (chantiers dans le BTP ou la propreté, sites et usines dans l’industrie, par exemple),
  • Etre réactif.ve de manière à prendre en compte des nouveaux besoins et les intégrer aux objectifs préalablement définis,
  • Etre expert.e de la formation d’adultes et particulièrement dans le champ des savoirs de base,
  • S’approprier les dimensions liées à l’entreprise et à l’environnement professionnel : organisation du travail, lexique, processus en place dans l’entreprise,
  • Rédiger des objectifs de formation et des objectifs pédagogiques,
  • Elaborer l’architecture globale de la formation (qui prend en compte les spécificités du lieu de travail des salarié.es) afin d’atteindre les objectifs pédagogiques fixés,
  • Construire des séances qui correspondent à chaque thématique et à chaque savoir travaillés (compréhension et expression écrites, repérage dans l’espace et dans le temps, compétences numériques, raisonnement logique et mathématique),
  • Proposer des progressions personnalisées
  • Concevoir des supports pédagogiques adaptés aux besoins des stagiaires et qui répondent aux situations-problèmes identifiées,
  • Créer et réaliser des évaluations régulières des acquis tout au long de la formation
  • Organiser avec le coordinateur ou la coordinatrice les temps d’échange et de bilan avec l’entreprise.